BERNARD ALLISON

Mardi 2 février 1993, 21h

Blues

Si dans le milieu du showbiz à l’européenne être le fils de son père est souvent un handicap, dans le monde du blues c’est plutôt le gage d’une réussite rapide et sûre; le blues est un virus transmissible de génération en génération contre lequel toutes les manipulations génétiques se sont révélées inopérantes. A sa naissance, le 26 novembre 1965, papa Luther s’est donc penché sur le berceau d’Aillson junior et a déclaré: « Mon fils, tu deviendras un grand nom de la guitare! ». Bernard attendra tout de même jusqu’à l’âge de dix ans avant de commencer à tripoter un manche de six cordes. A 16 ans il enregistre son premier 45 tours. « There’s a new girl in town ». Très vite il se fait remarquer dans les collèges, night clubs etc. Plus tard, il monte son propre groupe « Back Talk ». Puis tourne comme lead guitariste avec la reine du blues, Koko Taylor. Outre les incessantes tournées avec son père, il trouve encore l’énergie de jouer pour son compte. Son jeu de guitare est très influencé par des Hendrix ou autres Stevie Ray Vaughan. Le style va du blues traditionnel jusqu’au funk; de quoi contenter tout le monde ! Si Bernard Allison est en passe de devenir une star un peu partout en Europe, le public romand a peu eu l’occasion de l’entendre jusqu’à présent. Voici une bonne raison pour ne pas rater son concert à la salle des Grand-Places